Parler de son handicap

Parler de son handicap est souvent quelque chose de très personnel.

C'est un coming-out.

Il implique d'avouer à d'autres personnes, qui sont plus ou moins proches de nous, une partie de nous qui parfois est lourde à porter.

Parler de son handicap est un cheminement, c'est également l'opportunité de s'accepter tel que l'on est, avec nos forces, et nos faiblesses. Le milieu professionnel est l'environnement dans lequel nous passons la majorité de notre vie. Il est donc important qu'on y soit à l'aise.

Les mythes sur le partage de son handicap dans le monde du travail

#1 Si je parle de mon handicap, le jugement de l’employeur sera biaisé à cause des obligations légales
  • Si vous avez été sélectionné pour ce poste, c’est que vous en avez les compétences. L’obligation d’emploi des personnes en situation de handicap est réelle et peut être un avantage, mais les compétences primeront toujours.
#2 Si je parle de mon handicap, le jugement de l’employeur sera biaisé à cause des préjugés (notamment en entretien)
  • Les principaux défis sont que les recruteurs connaissent trop peu les différents handicaps et ont surtout conscience des contraintes
  • Pour aller au-delà des biais, il est possible de parler de son handicap
    • en expliquant rapidement ce que ça implique dans des situations réelles permet au recruteur de mieux comprendre votre handicap
    • en parlant des forces et des réussites acquises grâce à votre handicap. Vous montrerez que le handicap est également une opportunité
#3 Si je parle de mon handicap, cela imposera des contraintes à mon employeur, notamment en termes d’aménagement
  • Les aménagements pour personne en situation de handicap sont une obligation légale pour les entreprises. Ils sont, selon les cas, pris en charge partiellement ou totalement, par l’Etat.
  • Les aménagements sont également votre droit afin que vous puissiez vous épanouir au travail et pouvoir bien travailler
#4 Mes collègues vont me traiter différemment si je parle de mon handicap
  • Tout comme vous, vos collègues ont des particularités. Certaines sont visibles, d’autres non. Leur expliquer votre particularité et leur donner des conseils sur comment travailler avec vous, facilitera votre collaboration.
  • Certaines personnes auront des biais, il est donc important d’expliquer concrètement ce qu’implique votre handicap et de parler des forces et réussites liées à votre handicap.

Parler de son handicap : pourquoi et quand?

Chaque personne vit son handicap d’une manière qui lui est propre. Il n’y a donc pas de recette toute faite pour parler de son handicap. L’important est d’en parler dès que cela peut nous aider dans le monde professionnel.
 
Il est important de se poser les bonnes questions avant de parler de son handicap
  • Votre handicap est-il visible?
    • Si oui, il est préférable d’en parler. Cela permet d’être clair sur votre particularité. Les recruteurs/vos collègues savent que vous êtes différents, si vous ne le dites pas clairement, ils peuvent avoir des doutes et n’osent pas toujours vous en parler. Cela permet de faciliter la communication avec vos collègues
  • Votre handicap a-t-il un impact sur votre entretien d’embauche?
    • Si oui, il est préférable d’en parler avant l’entretien. L’employeur pourra ainsi adapter l’entretien à vos besoins et s’informer en amont sur votre handicap. Cela vous permettra de réaliser l’entretien dans les meilleures conditions
  • Votre handicap a-t-il un impact sur vos tâches quotidiennes?
    • Si oui, il est préférable d’en parler. Cela vous permettra d’être clair sur les tâches qui sont faciles pour vous, et celles pour lesquelles vous avez besoin d’aménagements ou de supports. Cela facilitera votre travail et vous permettra de donner le meilleur de vous-même
  • Auriez-vous besoin d’aménagements raisonnables pour être plus à l’aise et plus performant au quotidien?
    • Si oui, il est préférable d’en parler. Il est très important d’être à l’aise au travail pour notre bien être personnel et professionnel, car c’est le lieu où nous passons la majorité de notre temps. Ces aménagements sont une obligation légale, et certains sont très simples à mettre en place, donc demandez-les!
  • Est-ce que cacher votre handicap à un impact sur votre vie professionnelle et/ou personnelle?
    • Si oui, il est préférable d’en parler. Porter un tel fardeau au quotidien implique une surcompensation avec de nombreuses conséquences qui sont lourdes à porter (fatigue, manque de confiance). L’important, est que vous puissiez être vous même et évoluer tel que vous êtes.
  • Êtes-vous prêt à expliquer votre handicap si votre employeur ne le comprend pas?
    • La question la plus difficile. Vous pouvez parler de votre handicap de diverses manières
      • Par vous-même, à l’oral
      • Par vous-même, à l’écrit
      • En partageant la la page du site handicapossible correspondant à votre handicap
      • En demandant aux ressources humaines d’intervenir avec vous
      • En demandant à une association ou à un proche d’intervenir avec vous
    • La dernière section de cette page vous donnera des conseils pour bien expliquer votre handicap à votre employeur
  • Le médecin du travail
    • Priorité: 1.
    • C’est la première personne à qui vous pouvez parler de votre handicap. Le médecin du travail est chargé de toutes les problématiques de santé au sein de l’entreprise. Il est tenu au secret médical  (il ne parlera à personne de votre handicap sans votre accord) et pourra faire des demandes d’aménagement
    • Lorsque vous êtes en processus de recrutement, vous n’avez pas forcément accès au médecin du travail. Lors du recrutement, le point de contact principal est l’équipe de recrutement qui vous redirigera vers les bonnes personns si besoin.
  • L’assistante sociale
    • Priorité: 2
    • L’assistante sociale est la personne qui est là pour vous écouter et vous accompagner sans avoir de mandat au sein de l’entreprise contrairement aux ressources humaines. Elle vous conseillera lorsque cela est nécessaire et pourra vous accompagner dans les différentes démarches (RQTH et autres)
    • Toutes les entreprises n’ont pas d’assistante sociale attitrée mais vous pouvez demander à y avoir accès.
  • La mission handicap
    • Priorité: 2 quand vous êtes en poste
    • La mission handicap est en charge de la mise en place de la politique handicap et de l’accompagnement des employés en situation de handicap. En parlant de votre handicap à la mission handicap, celle-ci pourra vous accompagner au quotidien, mettre en place les aménagements nécessaires et s’assurer que vous êtes traités équitablement tout au long de votre parcours au sein de l’entreprise.
    • Pour trouver la personne en charge de la mission, n’hésitez pas à contacter les ressources humaines si nécessaire. 
    • N’ayez pas peur de contacter votre mission handicap, son mandat est de vous accompagner.
  • RH
    • Priorité: 1 pendant la période de recrutement, 3 quand vous êtes en poste
    • Les ressources humaines sont vos premiers points de contact lorsque vous commencez les processus de recrutement. Ce sont les personnes qui pourront aménagement le processus de recrutement pour qu’ils vous correspondent et vous permettent de montrer vos capacités.
    • Lorsque vous êtes en poste, les ressources humaines peuvent vous orienter vers les bons contacts afin de parler de votre handicap (mission handicap, médecin du travail)
  • Le supérieur hiérarchique
    • Priorité: 3 lorsque vous êtes en poste
    • Votre supérieur hiérarchique est la personne qui va définir vos tâches et vos objectifs et évaluer la qualité de votre travail. S’il est au courant de votre handicap, de vos besoins en termes d’aménagements et qu’il prend conscience de vos points forts et de vos points faibles (liés au handicap ou non), il pourra vous proposer des tâches qui vous correspondent et vous évaluer de manière équitable, sans vous discriminer car vous êtes en situation de handicap.
    • Il n’est jamais facile d’en parler à son supérieur hiérarchique. Cependant, cela est très important pour que votre travail soit vraiment adapté à vos besoins. La mission handicap peut vous accompagner dans cette démarche.
  • Les collègues
    • Priorité: Cela dépend. Priorité 2 pour les collègues dont vous êtes proche et  priorité 4 pour les collègues dont vous êtes moins proche.
    • Vos collègues sont les personnes avec lesquelles vous travaillez quotidiennement. Il peut être rassurant de parler de son handicap avec des personnes en qui nous avons confiance avant d’en parler aux personnes moins proches (autres collègues ou supérieur hiérarchique).
  • Sur le CV ou la candidature en ligne
    • Comment? Mettre une ligne sur votre CV ou candidature présentant votre handicap. Vous pouvez sinon mettre que vous êtes membres d’une association ou d’un projet autour du handicap, cela est moins précis mais montre que vous êtes touché pour la cause. Lorsque vous parlez de votre handicap, il est important de mettre en avant que cela n’impacte pas toutes vos compétences
    • Point positif
      • Le recruteur sera au courant dès le début du process de recrutement et pourra mettre en place les aménagements nécessaires.
    • Point négatif
      • Il est possible que certaines personnes aient des préjugés et que cela implique la décision sur votre candidature. La difficulté, c’est qu’on ne peut jamais savoir en avance.
  • Avant un entretien
    • Comment? Quelques jours avant votre entretien, prévenez le recruteur que vous avez un handicap, ce que cela implique pour vous (en termes de besoins et de forces) et les aménagements dont vous pourrez avoir besoin
    • A qui? La personne qui vous a convoqué pour l’entretien
    • Point positif
      • Le recruteur pourra aménager l’entretien selon vos besoins et vous permettre d’être dans les meilleures conditions possibles
    • Point négatif
      • Il est possible que certaines personnes aient des préjugés et que cela impacte l’entretien. Plus vous serez clair et pédagogique sur votre présentation de votre handicap et moins ces préjugés vous impacteront
  • Pendant l’entretien
    • Comment? Prévenez le recruteur que vous avez un handicap au début (de préférence) ou pendant l’entretien , ce que cela implique pour vous (en termes de besoins et de forces) et les aménagements dont vous pourrez avoir besoin
    • A qui? La personne avec qui vous passez l’entretien
    • Point positif
      • Le recruteur sera au courant de votre particularité. Cela pourra déclencher une conversation
    • Point négatif
      • Il est possible que les entretiens ne puissent pas être adaptés
      • Il est possible que le recruteur ait des préjugés
  • Au moment de l’offre d’emploi
    • Comment? Annoncez votre handicap, ce que ça implique pour vous (en termes de besoins et de forces) et les aménagement dont vous pourrez avoir besoin lorsque vous serez en poste
    • A qui? A votre contact ressources humaines et/ou à votre futur responsable
    • Point positif
      • Votre entreprise sera au courant et pourra faciliter votre intégration ainsi que l’ensemble des aménagements nécessaires
    • Point négatif
      • Les entretiens n’ont pas pu être aménagés, et cela a pu vous demander des efforts supplémentaires
      • L’employeur peut être surpris. Cependant, vous ne risquez rien, car légalement, l’employeur ne peut pas retirer son offre s’il apprend que vous avez un handicap.
  • Lorsque je suis déjà en poste
    • Comment? Vous pouvez le faire par mail, lors d’une réunion d’équipe ou vous coordonnez avec les ressources humaines pour déterminer la meilleure approche pour vous
    • A qui? Les ressources humaines ou vos collègues
    • Point positif
      • Vous pouvez montrer vos compétences et rencontrer des personnes de confiance
    • Point négatif
      • Votre poste n’a pas pu être aménagé et cela a pu vous demander des efforts supplémentaires
      • Il sera important d’avoir une approche pédagogique auprès de vos collègues afin d’éviter les préjugés et d’être clair sur vos besoins vos forces

Préparer son texte pour annoncer son handicap

Parler de son handicap se prépare. Cela ne doit pas être long. L’idéal est que la présentation dure entre 1 et 2 minutes maximum
Votre texte peut avoir plusieurs parties :
  • Une présentation du handicap (1 phrase)
  • Une explication de ce que ça implique pour vous au quotidien (3-4 phrases)
    • Attention: Il faut à la fois parler des contraintes mais également des forces
    • Préciser les compétences que ça impacte, et celle que ça n’impacte pas
    • Il est aussi intéressant de partager vos succès liés à votre handicap
  • Des exemples d’aménagements qui peuvent vous aider (2-3 phrases)
 
Voici un exemple rédigé par une personne qui bégaie
« Je suis bègue, parfois je prends plus de temps pour parler, parfois je bloque sur certains mots. Le bégaiement a un impact sur ma parole, mais pas sur mes autres facultés. Cela implique que lors de certaines réunions, je peux prendre un peu plus de temps. A chaque fois que je prends la parole, je dois dépasser ma peur, ça m’a appris à ne jamais abandonner et à toujours prendre mon courage à 2 mains. Pour que je puisse être à l’aise à l’oral, il faudrait que je sois prévenu quelques heures avant de présenter en réunion et qu’on me laisse un peu plus de temps. »